ADVERTISEMENT

Test Xiaomi Redmi Pad : les bons sacrifices

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€

Redmi Pad (2022)

Ecran et audio

8.0/10

Performances

7.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un bon écran confortable
  • Belle expérience audio
  • Tablette légère et confortable
  • Excellente autonomie

On aime moins

  • Ratio 5:3 un peu étrange
  • Des ralentissements un peu partout

La tablette. Une catégorie de produit dominée depuis tout temps par l’Apple iPad, mais qui connaît une certaine concurrence de Windows sur le marché professionnel. Qu’en est-il d’Android ? Eh bien… Le constat est mitigé. Si le marché n’a pas été totalement abandonné, il faut tout de même avouer qu’il vivote un peu.

Ces derniers temps cependant, il reprend du poil de la bête, soutenu notamment par des références excellentes comme le Xiaomi Pad 5. Pour continuer d’attirer de nouveaux utilisateurs, c’est au tour du Redmi Pad (2022) de tenter de se faire une place sur l’entrée de gamme.

Prix et disponibilité du Redmi Pad (2022)

Le Redmi Pad est d’ores et déjà disponible en trois coloris : argent, noir et vert. Vous pouvez le retrouver à 279,90 euros pour une configuration démarrant à 3 Go de RAM et 64 Go de stockage. Celle-ci peut évoluer à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage pour 299,90 euros.

Craquer à nouveau pour une tablette ?

C’est la pensée qui nous anime du moins dès que l’on prend la Redmi Pad en main. Celle-ci n’a vraiment pas l’air d’être ici pour pousser les gens à renouveler leurs appareils, mais plutôt faire craquer ou re-craquer les gens pour la catégorie. Et ça marche : dès qu’on l’a en main, on est immédiatement séduit par sa finesse de seulement 7,05 mm, ou encore de son poids assez léger de 445 grammes.

© Presse-citron

Malgré son tarif très contenu, la Redmi Pad arbore qui plus est un design tout en métal du plus bel effet. Il faut vraiment être tatillon pour trouver les éléments qui soulignent où Xiaomi a pu rentrer dans ses frais, comme certaines tranches un peu trop marquées qui agrippent un peu la peau. Mais on s’y fait, ce sont les sacrifices nécessaires pour ne pas dépenser une fortune dans des produits high-tech après tout.

© Presse-citron

Là où la Redmi Pad étonne lorsque l’on n’a pas touché une tablette depuis quelque temps, c’est qu’elle est clairement optimisée pour être utilisée en mode paysage. Pendant longtemps, en suivant l’exemple de l’iPad, les tablettes ont favorisé le mode portrait. C’est le placement des boutons qui indique l’inverse, avec un bouton de verrouillage placé à gauche et des boutons de volume sur le haut qui se révèlent plus naturels à utiliser lorsqu’en mode paysage. Ce qui ne veut pas dire que le mode portrait n’est pas utilisable, bien que…

Un ratio qui perturbe

Le format. C’est le format de la tablette qui nous laisse un peu pantois. Alors oui, on retrouve sur la Redmi Pad une très bonne dalle IPS LCD de 10,61 pouces qui offre un très bon contraste de 1500:1 et une luminosité maximale de 400 cd/m largement suffisante pour un usage en intérieur (en extérieur, c’est chiche). Mais à l’usage, c’est sa définition de 2000 x 1200 pixels qui étonne.

© Presse-citron

Cette définition équivaut à un ratio de 5:3, soit “pas tout à fait 16:9 mais vraiment pas loin quand même”. Là encore, ce ratio pousse l’appareil à être utilisé en mode paysage, le mode portrait donnant l’impression d’utiliser une feuille beaucoup trop grande lorsque l’on navigue sur internet par exemple. Ici, le Redmi Pad semble nous dire : “je suis avant tout fait pour le divertissement, et pas pour la productivité”. Il est vrai que cette dernière catégorie favorise aujourd’hui les ratios 3:2, voire 4:3 sur des tablettes, pour trouver un juste équilibre sur l’affichage de n’importe quel contenu.

© Presse-citron

Le Redmi Pad apparaît incroyablement naturel dès lors qu’on l’utilise pour regarder une vidéo YouTube par exemple, où ses haut-parleurs placés à gauche et à droite de l’appareil offrent un très bon volume. Mais dès qu’on l’utilise au format portrait, elle apparaît tout de suite moins confortable.

La fluidité n’est pas son fort

Ce constat, on le fait également lorsque l’on sort d’un usage vidéo. Si vous souhaitez jouer aux derniers jeux sur votre Redmi Pad, on espère pour vous que vous êtes plutôt fans de jeux de cartes et pas vraiment de MMORPG. L’humble MediaTek Helio G99 installé au sein de la tablette est clairement le plus grand sacrifice qu’a choisi de faire cette tablette pour rester à son tarif.

© Presse-citron

Ce n’est pas un mauvais processeur, loin de là, mais il n’a pas vraiment les épaules d’encaisser les derniers jeux 3D proprement. Genshin Impact se lance, oui, mais dans une définition et un framerate qui ne sont pas forcément très probants. Si vous êtes un joueur de Hearthstone ou Yu-Gi-Oh par contre, aucun problème !

C’est surtout du côté de MIUI 13 que l’on peut déceler quelques soucis. Il y a déjà le fait qu’elle soit sous Android 12, la version du système qui n’est pas encore tout à fait optimisée pour les tablettes (il faudra attendre Android 13 pour cela). L’OS favori de Xiaomi offre cependant toutes les fonctionnalités que l’on aime déjà sur une tablette Android, notamment un mode multitâche bien optimisé avec une barre d’applications que l’on peut appeler n’importe où.

© Presse-citron

Mais il est aussi rempli de petites animations. Celles-ci sont très belles… quand le SoC suit. Mais le Helio G99 a tendance à patauger, et peut parfois ramer un peu avant de revenir à un état stable. Il n’est pas dit que ces baisses de régime ne soient pas aussi à imputer à son stockage en UFS 2.2 (128 Go dans notre version de test) ou à sa RAM de “seulement” 4 Go (de 3 à 6 Go dans le commerce) en LPDDR4X. Mais est-ce pour autant choquant ? Compte tenu de sa catégorie de produit et de l’utilisation qu’il vise, le Redmi Pad fait un sacrifice logique pour se permettre d’être accessible à toutes les bourses.

Pas de mensonge sur l’autonomie

Le Redmi Pad intègre une large batterie de 8000 mAh et est compatible avec une recharge rapide de 18W. Dans la boîte, on retrouve un chargeur USB C de 22,5W. La tablette elle-même a un excellent mode veille qui lui permet de ne quasiment pas perdre de charge lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

A l’usage, on peut l’utiliser tranquillement sur une bonne vingtaine d’heures de vidéo, et une dizaine d’heures de jeu si vous la poussez sur des expériences 3D. C’est tout simplement exactement ce que l’on attend d’une tablette moderne.

Faut-il acheter le Redmi Pad (2022) ?

Sur n’importe quelle autre tablette Android, on aurait tendance à dire aujourd’hui d’attendre qu’Android 13 sorte, afin que l’OS soit totalement optimisé pour le format. Mais dans les faits, le Redmi Pad est un produit si facile à recommander grâce à son placement tarifaire qu’on ne doute pas que quiconque hésite à prendre ou reprendre une tablette aujourd’hui ne sera pas déçu par celui-ci. Du moins, s’il est conscient que pour arriver à ce tarif, Xiaomi a dû sacrifier sa puissance, et donc un peu de sa fluidité.

Redmi Pad (2022)

279,90€